Une absence et une obsession

29/10/2019  
Photo Une absence et une obsession

Il me restait une photo de Seattle, une photo qui ne collait pas avec la série publiée en septembre.

Pourquoi ne pas l’y avoir insérée ?

Parce que je ne vois cette photo qu’en couleur or, la série photographique "24h à Seattle" était en noir et blanc. Parce que cette photo parle d’autre chose. Elle est différente. Elle m’obsède comme aucune autre photo.

Je ne suis pas sûr de savoir d’où vient cette obsession. La lumière et les couleurs m’ont poussé à déclencher.
Elle a un côté pictural qui me plaît beaucoup. Au-delà de ce côté purement formel, c’est peut-être aussi et surtout l’absence qui me marque. L’absence d’un personnage. D’un client venu déjeuner dans ce restaurant. Qui me marque ou qui me frustre ? Difficile à dire.

En publiant cette photo particulière pour moi, vais-je me libérer de mon obsession ? Je l’espère, j’aimerai passer à autre chose (ou démarrer quelque chose de neuf à partir d’elle).

Est-ce que cette photo évoque quelque chose pour vous ? Quel est votre ressenti ?

Photo publiée le 29/10/2019.


Ajouter un commentaire ?



* votre courriel ne sera ni publié ni transmis à un tiers

8 commentaires

Philippe blancharf 29/10/2019
Bonjour Sylvain, je sais pas pourquoi mais cette photo me fait penser a un compartiment des anciens train qui serait bloquer sur une voie

Black 30/10/2019
Hello ! ca fait un peu bateau comme commentaire pour une photo prise aux états-unis mais le parallèle qui me vient à l'esprit est avec Edward Hopper.
Les même tons pastels, la transparence et la vue vers dehors...
https://www.milkmagazine.net/wp-content/uploads/2014/03/hopper-870x730.jpg

http://all4prints.com/6944-large_default/edward-hopper-western-motel.jpg

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/71hjas3riuL._SX355_.jpg

Serge 30/10/2019
Edward Hopper ! Super

Arnaud M 30/10/2019
Il y a plein de petits détails qui font que la composition sonne bien : l'harmonie des tons et le contraste avec la lampe rouge, le petit losange au niveau du toi d'en-face, la lumière très particulière qui arrive du côté gauche. On peut penser à Edward Hopper, mais aussi pourquoi pas à un tableau à la Vermeer revisité (mais il manque un personnage !)

Alain 30/10/2019
Cette photo s’inscrit pour moi dans la lignée des Meyerowitz ou des Fred Herzog, il s’en dégage la même intensité, c’est une image qui me parle à la fois par les couleurs, la lumière et la construction parfaitement équilibrée (grâce à son « décentrement ») et par une absence de présence humaine qui en dit bien plus que si quelqu’un était là. On a ici un superbe exemple de photo minimaliste dont le récit est en creux, où tout est suggéré, en finesse, avec une pointe de mélancolie aussi (le côté un peu « vintage » du mobilier et de la gamme chromatique). Elle me ramène à ces moments lors de mes déplacements professionnels où je me retrouvais seul dans ma chambre d’hôtel après avoir mangé dans un restaurant choisi au hasard dans une ville que je ne connaissais pas, une fois ma journée terminée mais obligé d’attendre le lendemain matin pour prendre le premier train vers Paris… Dans ces moments là, que même le soleil n’arrivait pas à égayer, j’étais toujours envahi par un sentiment de vacuité que ta photo traduit magnifiquement.
En tous cas, un chose est sûre : c’est une photo que j’aurais aimé faire, c’est ce type d’ambiance que je cherche à reproduire dans le travail que je fais depuis quelques mois (avec un succès mitigé il faut bien que je le reconnaisse). Un grand bravo !

Sylvain M. 31/10/2019
Merci pour vos messages chers camarades.

J'avais en tête la référence à Edward Hopper sans oser la mentionnée. Heureux de voir que je ne suis finalement pas si fou :-)

@Alain : merci d'avoir partagé ainsi ton ressenti

Cedric 02/11/2019
Ce cliché accroché l'œil c'est certain ! Maintenant répondre au pourquoi est difficile et c'est peut être ce qui fait sa force. Outre la composition qui est (plus que) très bonne sa banalité dérange... On reste scotché sur l'image à se demander qu'est ce qui fait qu'on arrive pas à décrocher alors que ce n'est qu'une fenêtre et un siège finalement. Franchement chapeau bas l'artiste tu as saisi un truc et c'est typiquement quand je vois ton travail sur ce genre de scène que je réalise à quel point il y a un monde entre le maître et l'élève !

Cedric 02/11/2019
Accessoirement le nombre de commentaires atteste lui aussi de la qualité de ce post. Tu places la barre haute pour la prochaine image !

Une fois par mois, une photo dans votre boite aux lettres Je m'abonne à la newsletter