Le village de Doel, Belgique

Mis à jour le 02/02/2013

Le village flamand de Doel (prononcez 'Doul') comptait près de 1500 habitants au début des années 60. Les premiers ont commencés à déserter le village dès les années 1970 suite à la construction de la centrale nucléaire toute proche.

Mais c'est surtout le projet d'extension du port d'Anvers sur son territoire qui scella l'avenir de Doel et engendra, dès les années 2000, l'exode des habitants. Aujourd'hui, il n'abrite plus qu'une petite trentaine d'habitants, ça a commencé par les commercants puis les habitants ont suivis au fil du temps.

étrange que ce village où les haies entourant ce qui devait être le centre ville continuent d'être taillées (par qui ?); les pelouses pour la plupart, tondues; la nuit, les éclairages public continuent de fonctionner; un peu kafkaïen comme situation pour reprendre les mots d'une habitante rencontrée au bar du coin. Le bar de Doel où l'un des deux derniers commerce, reste en permanence animée, surtout grâce aux employés de la centrale toute proche...

Aujourd'hui, le devenir de cette ville / village reste en suspens, le projet d'agrandissement du port est à l'arrêt faute d'argent parait-il... quelques temps squattés, les irréductibles gaulois (ou flamand faudrait-il dire) veillent sur cette ville en espérant que celle-ci revive un jour.

A lire, un portrait pour ceux souhaitant en savoir plus.

Lancer le diaporama
Partagez →

Ailleurs sur le site